Giovanni Alfonso Borelli (1608-1679)

[siteorigin_widget class= »WP_Widget_Media_Image »][/siteorigin_widget]

Le Centre Borelli emprunte son nom à un savant italien du XVIIe siècle qui a mené des recherches multidisciplinaires en mathématiques, physique, mécanique, hydraulique, mais aussi en médecine et en astronomie, produisant une théorie cinétique des corps célestes, ou un traité de biomécanique humaine et animale.

Mais qui était Borelli ?

Giovanni Borelli est né à Naples en 1608. Il étudie avec un disciple de Galilée et enseigne d’abord les mathématiques à Messine (Sicile 1635). Quelques années plus tard (1642), il est mandaté pour recruter des professeurs dans d’autres disciplines à travers toute l’Italie. Passionné d’anatomie, il réalise ses premières dissections et publie une étude sur les maladies endémiques de la région (Delle cagioni delle febbri maligne di Sicilia negli anni 1647 e 1648). Titulaire de la chaire de mathématiques de l’université de Pise en 1656, il fonde l’Accademia degli investigantiun phalanstère multidisciplinaire de savants, enseignants et amis entretenant une correspondance avec d’autres sociétés savantes ou érudits de l’Europe entière.

Il fait de sa demeure de San Miniato un observatoire et rassemble ses théories astronomiques sur le mouvement des planètes dans Theorica medicorum planetarium ex causis physicis deductae (1666). De retour à Messine et compromis dans une affaire politique, il rejoint Rome en 1674. C’est là que parait de façon posthume sa contribution scientifique majeure De motu animalium (1680-1681). Borelli y applique les lois des mathématiques et de la physique (mécanique et statistique pour la contraction musculaire, hydraulique pour la circulation sanguine) à l’étude et à l’interprétation de l’ensemble des phénomènes biologiques et du vivant, notamment à la motricité humaine et animale. Ce traité développe une doctrine médicale (« iatro-physique », de iatro- médecin) dans laquelle les actes vitaux découlent de forces mécaniques et où les lois physiologiques s’expriment par des formules mathématiques. On parlerait plus volontiers aujourd’hui de « biomécanique », comme dans cet article récent : Giovanni Alfonso Borelli: The Precursor ofMedial Pivot Concept in Knee Biomechanics, Nicola Piolanti, Simone Polloni, Enrico Bonicoli, Michele Giuntoli, Michelangelo Scaglione, Pier Francesco Indelli, June 2018.